DOMAINES DE COMPETENCES

LE POLE INVERTEBRES AQUATIQUES

Le pôle Invertébrés Aquatiques se compose de deux ingénieurs d’études et d’un technicien. Crée en 1990, dans l’optique d’évaluer la productivité du lac de la retenue de Petit Saut en micro invertébrés pélagiques, sa spécialité repose aujourd’hui sur l’expertise hydrobiologique des eaux superficielles. Ses vingt années d’expérience en milieu néotropical lui assurent une solide connaissance des spécificités du réseau hydrographique guyanais et une pleine opérationnalité dans le prélèvement, le tri et la détermination de la macrofaune benthique. Pour ce faire il dispose de tout le matériel nécessaire sur le terrain (moyen de navigation autonome : « coques alu », moteurs hors-bord, échantillonneurs de type troubleau, substrats artificiels, drague à sédiment…) comme au laboratoire (loupes et microscopes binoculaire, tamis…).

Recherche et développement :
Le pôle Invertébrés Aquatiques travaille activement à l’amélioration des connaissances des biocénoses benthiques guyanaise. Ses activités de recherches couvrent un large panel de domaines et ont vu la publication de nombreux articles notamment en collaboration avec le professeur Alain Thomas (spécialiste des éphémères) :

• Découverte, description d’espèces et publication de clés d’identifications 
• Participation à l’élaboration d’indice biotique (Score Moyen des Ephéméroptères Guyanais)
• Conception de protocoles d’échantillonnages (DIREN Guyane)

Toutes les recherches menées permettront, à termes, d’avoir une meilleure compréhension des mécanismes qui régissent l’organisation des peuplements benthiques en Guyane française.

Expertise écologique
Afin de réaliser un bilan et un diagnostic de la qualité des milieux aquatiques (inventaires, analyse de sensibilité), le pôle Invertébrés Aquatiques est sollicité dans le cadre d’étude d’impacts sur l’environnement lors de projets d’aménagements (carrière, mine, route, pont…). Il intervient dans le cadre de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau ou de grands projets industriels (barrage de Petit saut, Centre Spatial Guyanais). Les informations recueilles se révèlent précieuses tant pour l’avancée des connaissances que pour la gestion des risques dans un milieu qui pâtit d’un cruel manque de retour d’expérience. Leurs champs d’application peut se voir élargit à d’autres pays soumis aux mêmes conditions climatiques comme c’est le cas au Laos dans le cadre du projet hydroélectrique Nam Theun 2.

Hydrobiologie des eaux superficielles ; spécialité milieu tropical, néotropical, équatorial 
• Prélèvement, tri et identification de la macrofaune benthique 
• Expertise écologique : bilan et diagnostic de la qualité des milieux aquatiques

LE POLE CHIMIE

Le laboratoire de chimie dispose d’un parc instrumental important :
-Spectrophotomètre AMA 254 : absorption atomique pour le dosage du mercure sans prétraitement de l’échantillon (eaux, sédiments et poissons)
-Spectromètre d’absorption atomique Thermo Electron équipé d’un four et d’une flamme pour le dosage de métaux (eaux, sédiments et poissons)
-Chromatographe en phase gazeuse SRI pour l’analyse de méthane et dioxyde de carbone dissous 
-Sondes simples ou combinées WTW, Hydrolab, HACH pour la mesure de paramètres physico-chimiques de base dans l’eau (pH, température, conductivité, oxygène dissous et turbidité)
De plus, le laboratoire réalise en routine les analyses d’une dizaine d’ions par colorimétrie, le dosage du phosphore total et de l’azote de Kjeldhal, de la demande chimique et biologique en oxygène, des matières en suspension, du titre alcalimétrique et de la dureté dans les eaux selon les normes en vigueur.

Afin de contrôler la qualité de nos résultats, nous participons depuis 1999 aux programmes d’essais inter-laboratoires A.G.L.A.E. pour tous les paramètres chimiques que nous proposons. Nous avons également pratiqué des essais inter-laboratoires de dosage de mercure avec le laboratoire de Géochimie et d’Ecotoxicologie des Métaux dans les systèmes Aquatiques du CNRS de Bordeaux.

Nous complétons notre offre de prestation analytique en travaillant avec divers laboratoires accrédités comme l’Institut Pasteur de Guyane, Savoie labo et Carso Lyon.

Nous disposons de nombreuses références en Guyane : suivi environnemental du barrage de Petit Saut pour EDF, suivi de la qualité des eaux de rejets du Centre Spatial Guyanais, études d’impacts pour divers organismes et entreprises tels que le CNES, la DAF, la DDE, la DSDS, la DIREN… ; mise en œuvre de la Directive-Cadre Européenne sur l’Eau.

Nous avons participé à plusieurs programmes de recherche :
-co-encadrement et accueil de thèses dans le cadre du programme de recherche « Mercure en Guyane » en collaboration avec le Laboratoire d’Ecophysiologie et Ecotoxicologie des Systèmes Aquatiques du CNRS de Bordeaux et le Laboratoire Biogéochimie des Contaminants Métalliques de l’Ifremer de Nantes
-accueil de quatre thèses dans le cadre de l’étude des émissions de gaz à effet de serre par le barrage de Petit-Saut en collaboration avec le Laboratoire d’Aérologie du CNRS de Toulouse, le Département de Géologie et Océanographie du CNRS de Bordeaux et le Laboratoire de Chimie Physique et Microbiologie pour l’Environnement du CNRS de Nancy 
-participation au programme Réseau National d’Observation pour la DSDS
-collaboration avec des équipes scientifiques étrangères : Brésil pour le programme « Gaz à Effet de Serre » et Canada pour le programme « Mercure »

 

LE POLE ICHTYOLOGIE

Le Pôle ichtyologie du laboratoire se compose de deux ingénieurs (dont un ingénieur de recherche) et d’un technicien. Le responsable de ce pôle est, depuis 2007, membre du Conseil Scientifique Régional pour le Patrimoine Naturel (CSRPN) comme expert ichtyologique.
Ses principaux atouts sont les mêmes que ceux décrits pour le pôle invertébrés (compétences, réactivité, connaissances approfondies du milieu tropical guyanais, Matériel adapté, …etc.), avec lequel il réalise les missions de terrains en étroite collaboration.

Recherche et développement :
Le pôle ichtyologie travaille activement à l’amélioration des connaissances sur les populations de poissons guyanais :

• Détermination des stratégies de reproduction des poissons, de leur alimentation et de leur âge (sclérochronologie) en collaobration avec divers laboratoire et université (IRD, CNRS, Université de Bordeaux et de Toulouse, INRA, CEMAGREF, MNHN…)
• Publications d’articles scientifiques, de mise au point de méthodes et d’articles de synthèses… 
• Participation à l’élaboration d’indice biotique (Indice poissons Guyane)
• Conception de protocoles d’échantillonnages (DIREN Guyane)
• Co-encadrement d’une thèse sur les relations habitats-poissons.

Toutes les recherches menées permettront, à termes, d’avoir une meilleure compréhension des mécanismes qui régissent l’organisation des peuplements piscicoles en Guyane Française.

L’une des ses principales concrétisations est l’élaboration et l’alimentation d’une collection spécifique aux poissons Guyanais afin de pouvoir s’y référencer lors de toute vérification de détermination, et ce pas seulement au niveau de notre bureau d’étude, mais au niveau international.
Sa création, son alimentation en continue et sa pérennisation en font une vitrine importante de la recherche dans le domaine des poissons néotropicaux que tous les chercheurs présents ou de passages (mission de terrain) en Guyane (ou à Paris ou à Genève !) peuvent consulter afin de parfaire leur connaissance en la matière. Elle est actuellement  en cours de validation afin de devenir une collection de référence internationale dans le domaine des poissons néotropicaux au même titre que le MNHN de Paris ou celui de Genève.

Expertise écologique
Afin de réaliser un bilan et un diagnostic de la qualité des milieux aquatiques (inventaires, analyse de sensibilité), le pôle Ichtyologie est sollicité dans le cadre d’étude d’impacts sur l’environnement lors de projets d’aménagements (carrière, mine, route, pont…). Il intervient dans le cadre de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau ou de grands projets industriels (barrage de Petit saut, Centre Spatial Guyanais). Les informations recueilles se révèlent précieuses tant pour l’avancée des connaissances que pour la gestion des risques dans un milieu qui pâtit d’un cruel manque de retour d’expérience. Leurs champs d’application peut se voir élargit à d’autres pays soumis aux mêmes conditions climatiques comme c’est le cas au Laos dans le cadre du projet hydroélectrique Nam Theun 2.

Hydrobiologie des eaux superficielles ; spécialité milieu tropical, néotropical, équatorial
• Prélèvement, tri et identification des espèces de poissons ; 
• Expertise écologique : bilan et diagnostic de la qualité des milieux aquatiques